L’histoire de l’art aux limites du satirique

Journées d’étude • Mardi 22 et mercredi 23 avril 2014

L’équipe de recherche Caricature et Satire graphique à Montréal (CASGRAM) vous convie aux journées d’étude « L’histoire de l’art aux limites du satirique » présentées à Montréal les 22 et 23 avril 2014, à l’Université du Québec à Montréal (UQAM) et au Musée McCord.

Portant sur des corpus québécois et internationaux, touchant à des sujets aussi diversifiés que Léonard de Vinci, Daumier, Joseph Légaré et Michel Garneau (Garnotte), ces journées d’étude réunissent jeunes chercheurs et spécialistes à l’oeuvre dans les milieux de recherche universitaire et muséale autant au Québec qu’en Europe. On s’intéressera aux perspectives dans lesquelles l’histoire de l’art et ses institutions rendent visible le satirique depuis l’émergence de la caricatura au tournant du 17e siècle en passant par l’ère des imprimés de masse jusqu’aux démarches satiriques dans l’art du 20e siècle et dans l’art actuel. Les différentes formes qu’a prise la « satire visuelle » au fil des siècles émergent aujourd’hui au gré d’un dialogue que l’histoire de l’art leur impose à travers ses propres ‘formes’– la recherche et l’enseignement, la mise en collection, l’exposition…

La rencontre vient aussi à point nommé alors que la forme « classique » de la satire visuelle, la caricature devenue « dessin de presse », est elle-même de plus en plus une chose numérique dont les supports de diffusion en mutation ­ quittant souvent le journal pour les réseaux sociaux ­ posent des défis pour l’histoire de l’art. En même temps, les composantes de la satire visuelle regagnent d’autres lieux que ceux du dessin de presse : la peinture, la photographie, la vidéo, la performance et l’installation s’approprient les structures de diffusion de la satire. C’est dire, d’une part, tout l’intérêt qu’il y a à réfléchir sur la patrimonialisation et la « muséalisation » des corpus d’art visuel satirique. C’est aussi dire qu’il y a maintenant lieu de s’interroger sur les limites de l’histoire de l’art face à la satire.

Pour réfléchir ensemble sur ces intrications entre la discipline de l’histoire de l’art et le satirique, nous accueillons une quinzaine d’intervenants et intervenantes qui proviennent des milieux de recherche universitaire et muséale du Québec, de la France et de l’Écosse. L’évènement se clôturera par un dialogue-entretien mettant en vedette les caricaturistes montréalais chevronnés Terry Mosher (AISLIN, The Gazette) et Serge Chapleau (La Presse).

Les journées d’étude sont gratuites et ouvertes à tous. En raison des places limitées, prière de s’inscrire à l’adresse halsuqam@gmail.com.

La majorité des présentations se déroulera en français. Les périodes de questions se dérouleront en français et en anglais.

Le comité organisateur remercie le Département d’histoire de l’art et l’Institut du Patrimoine (UQAM), le Centre interuniversitaire de recherches sur la société et la culture québécoises (CRILCQ-UQAM) et le Musée McCord pour leur soutien à cet évènement.

Au plaisir de vous y accueillir!

 

Organisateurs :
Dominic Hardy, professeur au Département d’Histoire de l’art de l’UQAM
Josée Desforges, programme de doctorat, Département d’Histoire de l’art de l’UQAM

 

Avec la collaboration de :

www.histoiredelart.uqam.ca                                                                                                    www.institutpatrimoine.uqam.ca

www.crilcq.org                                                                                                                                             www.musee-mccord.qc.ca

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire